La Blatte : « Not too glitch » - Bruits de Fond 06 (2002)
Dimanche, 16 Décembre 2007 18:54

La Blatte. Peut-on seulement imaginer un nom plus improbable pour un dj ? Mais d’abord, vous vous demandez peut-être qui c’est, la Blatte ? Ah, difficile à dire en un mot...

 

blatte_recto.jpg Et bien, dans une autre vie (humaine), figurez-vous que La Blatte, Jean-Michel de son prénom, s'est appelé dj Cover et en a remontré aux Daft Punk, Laurent Garnier ou Cristian Vogel.

Dans une encore autre vie, sans patronyme cette fois, il avait fait ses premières armes dans les clubs de province de la province de la province même, autant dire, de campagne : de rien que ça déjà on ferait du mythe dans les pages autrement plus glacées de magazines autrement plus tendance.

La Blatte, Jean-Michel de son prénom, a donc longtemps usé d'une couverture pour ses activités extra-professionnelles. Car la discrétion est pour ce mignon petit insecte une seconde peau : ce mélangeur de disques hors normes et en avance de quelques temps (toujours parfaitement calés cependant) a contre lui qu'il ne paie pas de mine, peu de verres (et moins encore de drogues.)

La Blatte, exemple, s'il est arrivé avant vous dans un endroit où il est programmé pour un set [au choix : braindance/ oldschool funk/ breakdance electronica/ glitch], vous ne le saurez pas. Aucune rumeur ne bruissera, la Blatte aura su de sa démarche chaloupée, faire sa route discrète vers son établi de bricolo. Puis, à un moment, le son change, ça devient drôle ou drôlement foutu, ça groove insecte en somme... c'est que c'est parti : La Blatte est en place.

Et un coléoptère de cette sorte derrière deux platines, c'est tellement peu ordinaire que le phénomène est assez récurrent pour être souligné bientôt de petites nuées de curieux surpris se pressent autour comme des moustiques autour d'une lampe à pétrole. Et que veulent-ils tous, alors, à notre si discrète Blatte ? Ils regardent ses doigts. Et qu'est ce qu'il y a de si spécial à voir, au niveau de ces doigts ? Regardez... et vous verrez.

 

Part 01 - Part 02 - Part 03 - Part 04Part 05 - Part 06

 

Tracklisting :

V/Vm : « Root 015 » (Lo Recordings)

Lesser : « Markus Pop can kiss my redneck ass » (Vinyl Communications)

Squarepusher : « E8 boogie » (Warp)

Venetian Snares : « Nepetalactone » (Planet Mu)

Bogdan Raczynski : untitled (Rephlex)

Bogdan Raczynski : untitled (Rephlex)

Aesop Rock : « Train buffer » (Chocolate Industries)

Needle Sharing : « Gay basher » (Handsproductions)

Anti Pop Consortium : « Driving in circles » (75 Ark records)

Otto Von Schirach : « Dr Flamenco » (Schematic)

Mortal+Chemist : untitled (Skam)

Otto Von Schirach : « San Lazaro » (Schematic)

Otto Von Schirach : « La guerra » (Rice&Beans)

Richard Devine : « Anthracite. T. var I » (Schmatic)

Criterion : « Grozny » (Broklyn Beats)

Velocity Kendall : « Keynell pelt (remix) » (Skam)

Sammy : « Rip off » (Protokole recordings)

Nautilis : « Polyphonix tronix scapegoat » (Planet Mu)

Psykobomb : « L&G » (Protokole recordings)

Venetian Snares + Cex : « Ice pirate not steeler » (Klangkrieg)

Tom Jenkinson : « Squeak » (Worm Interface)

Venetian Snares : « Dance like you're selling nails » (Planet Mu)

Bogdan Raczynski : untitled (Rephlex)

Venetian Snares : « Banana seat girl » (Planet Mu)

V/Vm : « The owls are not what they seem » (English Muffin)

 

Djmix masterisé par HomaS au Jardin Moderne (Rennes).