Aphasia : « Oxymoron » - Bruits de Fond 13 (2008)
Dimanche, 16 Novembre 2008 21:12

Après la faillite d'Uwe, artistiquement s'entend, se débarrassant sans vergogne de ses meilleurs éléments, Aphasia a mis du temps. Pour mieux revenir, en l'occurence, chez nous. Retour par la petite porte ? Qu'importe, celle-ci a tôt fait de céder sous ses coups de boutoir.

Fidèle à la réputation acquise sur scène aussi bien que sur sillon, son nouvel E.P. renoue avec la vigueur et la précision qui avait fait le succès de « Aracheend » en 2003. Et persévère dans son refus du statu quo. Quatre tracks ? Quatre propositions différentes pour ne pas dire quatre directions. En fait d'oxymoron, c'est surtout de diversité cohérente dont il est question. A l'image des influences du garçon. Il ne les cache d'ailleurs pas, recourant à l'échantillonnage avec détermination, fidèle à son « école techno », fidèle aussi à l'esthétique industrielle dont il a tant appris.

 

r-1523343-1225921104.jpg Résumé. « Xbrain static fog » pour commencer. Et une idée : le heavy metal par excellence, c'est le plomb. Aussi massif que direct. Un uppercut et puis s'en va. « Feed my ego », juste derrière. Tradition electrocore cette fois, entre machinerie fracassante et haute technologie. Des rythmiques découpées au laser et des basses pneumatiques au milieu d'un savant bruitisme biomécanique. Avec au passage, un clin d'oeil appuyé aux « Nouvelles constructions prêtes à s'effondrer » et à leur sens de l'éclat comme de la dynamique.

Face B. « Anth ov noiz III » fait des étincelles. Et tire ses salves de hardbeat comme on manie l'art de la pyrotechnie - un autre centre d'intérêt d'Aphasia. Ne se contentant pas de pilonner le dancefloor, mais jouant sur l'effet d'attente comme les faux départs. Préférant en quelque sorte la magie du commencement au bouquet final obligé. « Engel » suit en guise de conclusion provisoire. On savait Aphasia puissant, le voici émouvant, avec cette nappe tout droit venue de la « Planet Rome » - fin de siècle, la grande époque décadente. Sobre et lumineuse, elle semble dériver au gré des pulsations remontant des profondeurs de la gravure. En ouverture de sélection, sous le signe du frisson, prête pour la démesure ; ou pour éteindre un incendie de fin de soirée. Dans les deux cas, une pièce à mixer avec intensité.

 

Aphasia de retour, donc. Des projets pleins les synthés, à commencer par sa nouvelle incarnation, « Revolutions Per Minute », actuellement en cours de maturation / mutation. Et une concrétisation envisagée sous la forme d'une double plaque de vinyle courant 2010, toujours chez nous.

D'ici là, des envies de live, évidemment, histoire de défendre sa vision de l'electro radicale sur du son et surtout devant du public. D'ailleurs, pour le faire jouer, rien de plus simple, il suffit de nous contacter !

 

Tracklisting :

A1- « Xbrain static fog »

A2- « Feed my ego »

B1- « Anth ov noiz III »

B2- « Engel »

 

bdf_sleeve_verso.jpg

 

 

 

 

 

Tirage : 500

 

 

Publication : novembre 2008

Mastering : Yann@Angström

Pressage : MPO

Artwork : MoA

 

 

 

 

 

 

 

 

Discographie sélective :

> « Aphasia » E.P. - Bloc46 EP 001 (1998)

> « split with Yann Dub » - Astropolis / CCM (1998)

> « 1981 » E.P. - Bloc46 EP 003 (1999)

> « Brain Patch error » - Bloc46 LP 001 (2001)

> « Kronik 2 the galaxy » - Bloc46 EP 008 (2001)

> « Deadtrax » - Bruits de Fond 01 (2002)

> « The remixes » - Bloc46 EP 012 (2002)

> « Aracheend » - Bloc46 LP 002 (2003)

> avec Palindrome : « Rions noir » - Bloc46 LP 006 (2003)

> avec Palindrome : « Lame de fond » - Bloc46 EP 014 (2003)

> avec Torgull : « Emit Lava » (unreleased)

> « Deadtrax vol.2 » - Bruits de Fond 08 (2005)

> « Oxymoron » - Bruits de Fond 13 (2008)

> Revolutions Per Minute - s/t - Résistance des Matériaux 01 (2010)
> « Manifeste à son(s) » - Résistance des Matériaux 02 (2012)
> à la production : Mistress Bomb H « 9 pictures » - Bruits de Fond 19 (2011)

 


Discographie complète :

http://www.discogs.com/artist/Aphasia