Joli pied de nez à la médiocrité grâce à cette soirée de clôture des Transmusicales 2014 à la mode pirate, organisée par l'association... Transhumance. Ce sera donc le dimanche 7 décembre, de 17h à 22h avec Monsieur KK Null en vedette japonaise, supporté par Julien Ottavi aka The Noiser (Apo 33 / Nantes), Fureau et S.Y.D qui portera les couleurs vinyliques de la Manufacture des Bruits de Fond. A l'écart de l'effervescence factice, au cœur de l'expérience sonore, venez nous rejoindre !

« Salle de shoot », le split E.P. entre Jessica93 et Mistress Bomb H est enfin disponible en vinyle. Il sera ce week-end en vente sur la table de distro lors des trois soirées de l'évènement anniversaire autour des vingt ans de l'association Rennaise KFuel. Et dès la semaine prochaine chez Blind Spot et Rockin' Bones, toujours à Rennes, ainsi que chez Born Bad et Music Fear Satan à Paris. En attendant de livrer les autres points de vente habituels.

 

Fin août, c'est - encore - à Berlin que nous vous convions. Le superbe flyer réalisé pour la Datacide Soliparty se passerait presque de commentaires. Rendez-vous donc le 30 août à partir de 23 heures à KØPI 137 dans Mitte. Plus d'infos depuis le site du magazine Datacide.

 

Voici la pochette de « Salle de shoot », split E.P. entre Jessica93 et Mistress Bomb H disponible en digital d'ici une semaine et en vinyle 12" début octobre. L'artwork est signé EK Dojo, autrement dit Matthieu Bourel, musicien et graphiste dont on plébiscite le travail de longue date. Cette nouvelle réalisation est le fruit d'une première collaboration entre La Manufacture des Bruits de Fond et le rennais Kerviniou Recordz. Rendez-vous dans quelques jours du coté du site du magazine New Noise pour une présentation du disque en exclu !

 

El Pibe ne mixe comme personne. Ses sélections sont de celles qu'on rêverait d'agencer tandis que sa technique vinylique, d'une précision quasi naturelle, ferait pâlir d'envie les besogneux du calage numérique. Ses apparitions live sur Rennes sont guettées, les passionnés sachant bien la qualité de ce qui s'y joue : breakbeats acrobatiques, speedcore funambule mais aussi échappées expérimentales, aventures sonores intimistes et assemblages fantaisistes bien à l'écart du mobilier sonore préfabriqué.

C'est à l'artisan de l'imaginaire que nous avons ainsi passé commande. El Pibe derrière les platines se transforme en maître illuminé au service d'une cause insensée. Objectif, libérer les esprits, laisser libre court à la magie, revendiquer le droit à l'occulte. « La chasse aux sorcières », œuvre d'utilité mystique ?!