Jean Ferraille : « Sound activity » - Résistance des Matériaux 03 (2015)
Jeudi, 11 Juin 2015 21:13

Jean Ferraille a pris le temps. De gamberger, de disparaître. Et de revenir, contre toute attente, avec son album le plus apaisé, le plus méticuleux. Il réinterprétait il y a encore peu Luc Ferrari à la manière de KK Null ou martelait Artaud sur un dancefloor désenchanté. Toujours pétri d'influences savantes sans jamais de départir de la subculture anarchopunk dans laquelle il a fait ses toutes premières armes, il dissèque désormais les théories de John Cage avec les outils de l'électronique de pointe. Très concrètement, et ça aide à comprendre puis à se fondre dans ce projet, « Sound activity » a été pensé autour d'une courte interview du maître, « About silence », donnée en 1991. Cage y conceptualise son rapport au son, au bruit, au silence : « I don't need sound to talk to me ».

 

Le travail de Jean Ferraille, auparavant tourné « Contre », ouvertement « Antimusic », semble ici libéré, comme vidé de sa bile. Et paradoxalement, se révèle presque figuratif alors qu'il s'appuie sur le plaidoyer de Cage en faveur de la clameur urbaine face au formalisme. Impressionnant de cohérence, « Sound activity » déploie ses assemblages géométriques complexes en trois dimensions et requiert aux dires mêmes de son auteur, une écoute au casque pour prendre la mesure du mouvement comme de la spatialisation. Dans le même temps, chaque titre révèle une facette différente du kaléidoscope sonore constituant l'univers de Ferraille. « INSA » et ses nappes froissées enveloppant un trip hop trébuchant, motifs electronica et rythme asmathique pour « Sound activity », breaks de laboratoire, déglingue électroacoustique (« INTA »), beats pneumatiques pour romance de soupirail (« Time art »), mécanique ludique (« INSM »), « Structure musicale » aux fondements corrodés par l'acid, craquements downtempo le long d'« INUS », « Useless sounds » et sa longue dérive polyrythmique... Tazartès, Devine, Henry, Carpenter, Subskan, Autechre nous viennent tour à tour aux oreilles. Sans oublier Kraftwerk, dont Ferraille s'approprie « Radioactivity » pour le transformer en fantaisie electrofunk quelque part entre Mantronix et Isobrown. C'est d'ailleurs ce titre qui a été choisi comme premier extrait. Vrai petit tube de dancefloor, il ouvre bien des perspectives à un Jean Ferraille en mode détox. Vivifiant. Finalement, Résistance des Matériaux porte bien son nom. Solide, la carcasse. Déterminée et inspirée avec ça. Welcome back !

 

 

Tracklisting :

1- « INSA »

2- « Sound activity »

3- « INTA »

4- « Time art »

5- « INSM »

6- « Structure Musicale »

7- « Radio Activity »

8- « INUS »

9- « Useless Sounds »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

All work :
Jean Ferraille at PPSDM (Maison Alfort)

Layout :
Dèche
/ aifeu.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Discographie sélective :

> « Aphasia » E.P. - Bloc46 EP 001 (1998)

> « split with Yann Dub » - Astropolis / CCM (1998)

> « 1981 » E.P. - Bloc46 EP 003 (1999)

> « Brain Patch error » - Bloc46 LP 001 (2001)

> « Kronik 2 the galaxy » - Bloc46 EP 008 (2001)

> « Deadtrax » - Bruits de Fond 01 (2002)

> « The remixes » - Bloc46 EP 012 (2002)

> « Aracheend » - Bloc46 LP 002 (2003)

> avec Palindrome : « Rions noir » - Bloc46 LP 006 (2003)

> avec Palindrome : « Lame de fond » - Bloc46 EP 014 (2003)

> « Deadtrax vol.2 » - Bruits de Fond 08 (2005)

> « Oxymoron » - Bruits de Fond 13 (2008)

> « Revolutions Per Minute » - Résistance des Matériaux 02 (2010)

> « Manifeste à son(s) » - Résistance des Matériaux 02 (2012)

> à la production : Mistress Bomb H « 9 pictures » - Bruits de Fond 19 (2011)

 

 

Discographie complète :

http://www.discogs.com/artist/Aphasia

 

 

Liens :

http://jeanferraille.bandcamp.com

https://www.facebook.com/jean.ferraille.aphasia

 

 

Contact :
nico.leal [at] yahoo.fr